Le professeur documentaliste, au coeur de la liaison lycée-université

[Article de Virginie Kerbellec]

 

Nommée en septembre 2012 au lycée Pierre de Fermat à Toulouse, j'avais établi en amont ma représentation du poste sur un a priori : un travail de gestionnaire pour l'essentiel de la tâche, une mission pédagogique reléguée au second plan, un projet culturel reconduit par la force de l'habitude ; en somme, les réflexes d'une pratique bien rôdée au détriment de propositions innovantes. La réalité allait bousculer mes préjugés. Dans un contexte d'établissement qui pérennise l'invariabilité d'un environnement basé sur la performance, un nouvel élément allait modifier la politique éducative et pédagogique menée au niveau du post-bac : la mise en place des conventions entre les lycées disposant de formation d’enseignement supérieur (EPLE) et les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP).

L’occasion m’est donnée ici de revenir sur cette offre de formation qu'un contexte a fait naître, qu'une commande locale a impulsée, qu'une conviction personnelle a animée et qu'une dynamique collective a fait grandir. D'un intérêt local à une dimension académique, d'une expérience d'établissement à un objet de formation, l'action de sensibiliser les professeurs documentalistes à cette redéfinition de leurs missions dans le cadre du continuum bac -3 bac +3 me semble essentielle ; préparer les élèves non pas à un mais à des environnements de connaissances pour les aider à intégrer une société où l'information nous précède et nous conditionne devient une priorité.


Une journée de formation organisée au lycée Pierre de Fermat autour de cette thématique a donc réuni le 21 janvier 2019 les professeurs documentalistes affectés dans les lycées dotés de CPGE dans l’Académie de Toulouse. Inscrite dans le cadre du Plan de formation académique 2018-2019 et visant un public désigné, elle fait suite à la formation du 10 octobre 2017.

 

Journée 1 : Le rôle du professeur documentaliste dans la mise en oeuvre des conventions de partenariat entre EPLE et EPSCP (10 octobre 2017)

Le cadre institutionnel

La question de la liaison lycée-université n'est pas récente. La loi du 22 juillet 2013 apporte néanmoins un nouvel élément dans la réflexion. Faisant émerger la notion de continuum bac-3 bac +3, la loi Fioraso instaure l'obligation pour les EPLE disposant de formations d’enseignement supérieur de conclure une convention avec un ou plusieurs EPSCP. Centrée sur un accompagnement et une orientation améliorés des élèves, elle assure une sécurisation des parcours pour tous. Ainsi, tous les élèves de CPGE ont l’obligation de s’inscrire dans l’EPSCP avec lequel leur lycée est conventionné. Dans ce contexte négocié, un point attire notre attention : les conventions prévoient désormais que tous les élèves de CPGE bénéficient "de l’ensemble des services [...], par exemple : le service commun de documentation (SCD ou SCID)", au même titre que les étudiants inscrits en L1-L2. Par ailleurs, les établissements partenaires s’engagent à "favoriser le rapprochement de leurs équipes pédagogiques afin [...] de mettre en place des actions communes de formation".

 

D’une initiative locale à un projet académique

En juin 2015, l'un des points abordés lors du dernier conseil pédagogique de l'année concerne alors la convention qui unit le lycée Pierre de Fermat aux trois sites universitaires toulousains ; le proviseur instaure la mise en place d'une formation systématique des étudiants de CPGE1 aux ressources universitaires du SCD. Il revient à l'équipe des documentalistes la mission de réfléchir à un contenu pédagogique pour la rentrée suivante, axée sur l’exploitation des ressources du SCD et de planifier pour l'année à venir le calendrier de la formation dispensée : le choix des classes formées prioritairement se base sur le volontariat des enseignants. Les filières scientifiques sont les premières concernées, en raison de la préparation de l'épreuve des TIPE (travaux d’initiative personnelle encadrés).


Fort de cette expérience pédagogique, le proviseur projette la mise en place d’un module de formation des professeurs documentalistes affectés dans les lycées dotés de CPGE, axée autour de la l’exploitation des ressources des BU. Le projet rejoint dès lors le troisième levier de progrès du nouveau contrat d'objectifs (2016-2020) du lycée : "développer l'ouverture de l'établissement et son rayonnement". Il me confie la mission d’en élaborer le contenu. Pour définir les contours de cette formation, deux enquêtes sont menées.

 

D’un besoin de formation des élèves à un besoin de formation des professeurs documentalistes

Deux sondages sont diffusés parallèlement : un premier à destination des élèves de CPGE1, pour comprendre et évaluer leurs pratiques dans ce contexte d’environnement informationnel pluriel (380 élèves de CPGE1 interrogés), un second pour définir les besoins de formation des professeurs documentalistes affectés dans ces lycées signataires. Plusieurs constats émergent :

  • une méconnaissance de l’offre universitaire et des outils documentaires proposés par les bibliothèques de la part des étudiants d’une part, de la part des professeurs documentalistes d’autre part ;
  • une absence de prise en charge formalisée des élèves de CPGE dans le développement d’une culture et d’une maîtrise de l’information (alors que tous les étudiants inscrits dans un cursus universitaire reçoivent tout au long de leur parcours d’étudiant une formation dispensée par les documentalistes de la fac) ;
  • une disparité des pratiques liée à la zone géographique ;
  • une disparité liée aux choix des équipes pédagogiques à l’intérieur des EPLE.

Centrée sur la dynamique d’une mise en réseau entre professeurs documentalistes des lycées dotés de CPGE et bibliothécaires de l’Université de Toulouse, la proposition d’un module de formation à destination des professeurs documentalistes affectés en lycée ayant des CPGE répond de ce fait à un double objectif : d’une part, le développement de compétences techniques par l’exploitation de l’environnement documentaire des BU et la prise en main d’outils spécialisés ; d’autre part, l’harmonisation des pratiques pédagogiques, par la création d’un contenu de formation en faveur des élèves du post-bac.

 

Les EPLE / EPSCP conventionnés

Quatre conventions de partenariat sont signées au sein de l’Académie de Toulouse ; elles unissent 19 lycées hébergeant des classes préparatoires aux 4 sites universitaires : UT1, UT2, UT3 et Champollion. 37 professeurs documentalistes sont concernés.

 

(c) Virginie Kerbellec

 

Le contenu de formation : 6 h, 4 intervenants extérieurs, 3 temps forts

23 documentalistes ont été convoqués, 1 documentaliste invitée (LEGTA). La journée s’est articulée autour de trois grands axes :

 

Phase théorique
  • Les conventions de partenariat : contexte, enjeux, stratégie de formation
  • Archipel, le catalogue informatisé du réseau des bibliothèques
  • Présentation des portails documentaires des universités (4 ateliers en barrette : UT1, UT2, UT3, Champollion)
Phase manipulatoire
  • Prise en main du catalogue Archipel (recherche, référencement)
  • Prise en main des portails documentaires des BU (bases de données, plateformes d’ebooks, périodiques électroniques, archives ouvertes, thèses en ligne,...)
Phase collaborative
  • 3 ateliers sont proposés : chaque participant choisit son groupe de travail en fonction des filières proposées dans son établissement :

(c) Virginie Kerbellec

 

Afin de proposer une formation personnalisée, quatre intervenantes, chargées de la formation des usagers sur les différences sites universitaires, nous ont rejoints pour la journée :

  • Agnès Bach, Responsable du service Formation, Communication et Expositions - BU sciences SCD – Bibliothèque universitaire de sciences ; Université Toulouse III Paul Sabatier
  • Sandrine Chapoulie, Responsable Pôle services de Référence et Formation des publics ; Service commun de la documentation, Département des publics ; Université Toulouse II Jean Jaurès
  • Christine Malo, Chargée de l'accompagnement documentaire de la pédagogie - Correspondant Communication - Département des Services à la Formation ; Université Toulouse 1 Capitole
  • Carole Rahoux, Responsable de la formation des usagers - Acquéreur - Gestion des statistiques ; Bibliothèque Universitaire d'Albi - Service Commun de la Documentation, Institut National Universitaire Champollion

 

Un ancrage des missions du professeur documentaliste, selon la circulaire n° 2017-051

Dans ce nouveau contexte partenarial, cette première journée a permis une relecture des missions du professeur documentaliste : le professeur documentaliste voit sa position de personne ressource renforcée dans l’établissement ; il participe activement au développement d’un climat propice à la réussite des étudiants par une gestion pertinente de son centre de ressources et un projet pédagogique qui répond à des besoins spécifiques. Enfin, il confirme sa participation à l’ouverture et au rayonnement de son établissement.

 

(c) Virginie Kerbellec

 

Journée 2 : L’accompagnement de l’élève dans la liaison lycée-université, un levier de réflexion pour le professeur documentaliste (21 janvier 2019)

 

Un second rendez-vous : pourquoi ?

Dans la continuité du premier rendez-vous, la réflexion s’est articulée autour du « professeur documentaliste dans la liaison lycée-université » ; consolidant les relations engagées avec les universités de Toulouse Midi-Pyrénées dans le cadre des conventions et élargissant le champ partenarial aux collectivités territoriales - la Bibliothèque de Toulouse -, le lycée Pierre de Fermat a accueilli en ses murs les participants pour cette seconde édition. L’intervention de Madame Elisabeth Carrara, IGEN-EVS, a été un moment clé de la journée en offrant un nouveau regard sur les missions du professeur documentaliste dans un contexte de continuum -3/+3.

D’un apport théorique à une mise en pratique, ce stage a offert aux professeurs documentalistes la possibilité de découvrir l’actualité des bibliothèques universitaires de notre académie (en particulier un projet de rénovation des formations documentaires de la BU en partenariat avec la DTICE et le Service inter universitaire de Pédagogie de l'Université Fédérale de Toulouse) avec l'introduction des pédagogies actives au sein de la formation aux compétences informationnelles des étudiants ; l’occasion d’y associer un nouveau partenaire, la Mairie de Toulouse, et de découvrir ses actions menées en faveur de l’accueil des lycéens au sein des bibliothèques municipales : mise à disposition des ressources, actions de formation en faveur des élèves (#REVISENBIB,...).

Enfin, une formation-initiation technique à de nouveaux outils (Archipel 2018, le nouveau catalogue ; Zotero) a été proposée. La notion de fluidification des apprentissages info-documentaires du second cycle jusqu’au post bac a constitué le filigrane de cette journée d’étude.

 

(c) Virginie Kerbellec

 

Le contenu de formation : 6 h, 9 intervenants, 3 temps forts

19 documentalistes ont été convoqués (LEGT/CPGE), désignés par leur chef d’établissement ; 3 documentalistes ont été invités (LEGTA + LEGT). La journée s’est organisée autour de trois moments-clés.

 

Connaître le cadre national
  • Penser le continuum -3/+3 à l’aune des missions du professeur documentaliste
Identifier l’offre des partenaires
  • Les bibliothèques, activateur pédagogique
  • Les services des BU pour les étudiants
  • La bibliothèque municipale de Toulouse et l'accompagnement à la réussite scolaire
Maîtriser les outils universitaires pour mieux accompagner les élèves
  • Apprendre à chercher via Archipel 2018
  • Apprendre à référencer grâce à Zotero
  • Exploiter Archipel et Zotero (TP)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les intervenants

 

  • Mme Elisabeth Carrara, IGEN EVS
  • Virginie Kerbellec, professeure documentaliste ; Lycée Pierre de Fermat, Toulouse
  • Agnès Bach, Responsable du service Formation, Communication et Expositions - BU sciences SCD – Bibliothèque universitaire de sciences ; Université Toulouse III Paul Sabatier
  • Sandrine Chapoulie, Responsable Pôle services de Référence et Formation des publics ; Service commun de la documentation, Département des publics ; Université Toulouse II Jean Jaurès
  • Jennifer Wolfarth-Garcia, Chargée de l'accompagnement documentaire de la pédagogie - Correspondant Communication - Département des Services à la Formation ; Université Toulouse 1 Capitole
  • Carole Rahoux, Responsable de la formation des usagers - Acquéreur - Gestion des statistiques ; Bibliothèque Universitaire d'Albi - Service Commun de la Documentation, Institut National Universitaire Champollion
  • Jessica Gelly, Bibliothécaire responsable de la Documentation Générale à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Mairie de Toulouse
  • Djamila Abdelmalek, Assistante de conservation à la Documentation Générale, à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Mairie de Toulouse
  • Chloé Brandely, Chargé de développement local à l’AFEV (Association de la Fondation Étudiante pour la Ville)

 

En conclusion :

Lorsqu'il m'a été confié la mission de prendre en charge l'élaboration d'un module de formation à destination des pairs, il a fallu s'emparer d'un contexte nouveau pour répondre à un besoin de formation, prendre en compte une réalité de terrain pour l'associer aux évolutions du métier. En visant l'acquisition de compétences nouvelles dans la maîtrise d'outils documentaires universitaires pour les professeurs documentalistes du second cycle et en proposant l'exploration collective de domaines sur un niveau d'enseignement jusque-là dépourvu d'expériences pédagogiques, cette formation avait pour but d’amener les documentalistes à se projeter dans une dimension qui dépasse un contexte d’établissement et le niveau des classes préparatoires. Les conventions de partenariat que nous nous sommes donnés d'étudier en rapport avec les missions du professeur documentaliste ont transformé la nature des relations entre les acteurs. Elles apportent cette dimension contractuelle et sécurisante qui consolide un travail d'équipe. Elles développent une liaison pertinente et pérenne entre les établissements du second cycle et ceux du supérieur. Elles sous-tendent enfin toute l'initiative proposée ici en faveur d’une formation des usagers pertinente dans un contexte de continuum -3/+3.

 

Annexes

Retrouvez l’ensemble des supports sur la plateforme Padlet :

 

 

Pour tout renseignement complémentaire :

  • Lycée Pierre de Fermat : Virginie Kerbellec / Virginie.Kerbellec@ac-toulouse.fr
  • UT1 : Jennifer Wolfarth-Garcia / jennifer.wolfarth-garcia@ut-capitole.fr
  • UT2 : Sandrine Chapoulie / sandrine.chapoulie@univ-tlse2.fr
  • UT3 : Agnès Bach / agnes.bach@univ-tlse3.fr
  • Champollion (Albi) : Carole Rahoux / carole.rahoux@univ-jfc.fr
  • Bibliothèque de Toulouse : Jessica Gelly / jessica.gelly@mairie-toulouse.fr
  • Bibliothèque de Toulouse : Djamila Abdelmalek / djamila.abdelmalek@mairie-toulouse.fr
  • Afev : Chloé Brandely / chloe.brandely@afev.org

 

Virginie Kerbellec

 

 

Partager