Mémoires, histoire et enseignement de la Guerre d’Algérie

Présentation et place dans les programmes scolaires

La Guerre d’Algérie peut être perçue comme un sujet encore vif de notre société contemporaine, objet de mémoire et d’histoire profondément clivant. Si les faits sont aujourd’hui largement connus, la dialectique entre mémoires (au pluriel) et histoire reste vive tant les acteurs/témoins développent des rapports opposés et incompatibles qui pèsent sur les relations entre la France et l’Algérie, mais également sur les différents « groupes de mémoire » en France. Portées par des témoins « silencieux » ou actifs, ses mémoires polyphoniques cohabitent ainsi dans l’espace public depuis 1962, sans trouver toujours le chemin vers une histoire apaisée.

La connaissance de ces mémoires et des récits de témoins et leur place évolutive dans l’espace public doit permettre de mieux comprendre l’impact profond et les enjeux contemporains de cet événement guerrier et politique. Afin de proposer à nos élèves la traduction didactique d’une histoire complexe.

 

La dialectique si riche de compréhension entre mémoire(s) et histoire autour de la Guerre d’Algérie peut être abordée dans les programmes actuels de cycle 4 et surtout au lycée, dans les enseignements de spécialité. Elle permet tout à la fois de rendre visible/enseigner l’événement et ses enjeux de mémoire.

Elle peut encore susciter en classe une remise en cause d’un discours scolaire perçu comme légitimé/officiel peu compatible avec les mémoires familiales ou celles des « groupes de mémoire » encore affirmés.

L’enseignement de la Guerre d’Algérie et de ses mémoires nécessite alors en amont pour les enseignants d’appréhender et comprendre ces enjeux de mémoire pluriels en un effort de connaissances des mots, des concepts et des chronologies.

Dans ce cadre, plusieurs questions doivent guider le travail de construction des séquences pédagogiques associées aux programmes scolaires :

  • Quels sont les principaux événements et les acteurs à retenir (1954-1962)?
  • Quelles ont été et sont encore les grandes oppositions mémorielles qui sous-tendent les souvenirs catégoriels de l’événement ? Sur quels discours et sources s’appuient-elles ?
  • Comment s’est jouée la place des mémoires du conflit en France et en Algérie pour des « événements » qui ont été tardivement qualifiés en France de « guerre » (Assemblée nationale – 1999) ? Pourquoi et comment l’Etat manque de construire une mémoire officielle pour un conflit que l’historien Benjamin Stora a qualifié de « guerre ensevelie » (la Guerre d’Algérie n’entre dans les programmes scolaires une première fois qu’en 1983)?
  • Comment et pourquoi la France a-t-elle peu à peu reconnu la Guerre d’Algérie dans le processus de colonisation/décolonisation et certains crimes commis à cette occasion (importance de la loi de 1999, reconnaissance de l’assassinat de Maurice Audin par François Hollande en 2014, reconnaissance de l'assassinat d'Ali Boumendjel par Emmanuel Macron en 2021) ?
  • Comment dépasser aujourd’hui les clivages mémoriels issus de la Guerre d’Algérie ? Quelles sont les évolutions et perspectives dynamiques des mémoires, des commémorations futures, inscrites dans le souhait de « réconcilier les mémoires » énoncé par le Président de la République à la veille du soixantième anniversaire de la Guerre d’Algérie (2022), dans le cadre des relations internationales contemporaines entre la France et l’Algérie ?

 

La place de la Guerre d’Algérie et de sa mémoire dans les programmes scolaires

En cycle 4 :

Dans les programmes consolidés de 2020, l’histoire de la Guerre d’Algérie peut être abordée à deux reprises. Le volet mémoriel n’est pas ici privilégié mais peut être évoqué. https://eduscol.education.fr/298/histoire-geographie-cycle-4

  • en classe de 4e dans le cadre du thème 2 : L’Europe et le monde au XIXe siècle : L’Europe de la « révolution industrielle ».- Conquêtes et sociétés coloniales. « De nouvelles conquêtes coloniales renforcent la domination européenne sur le monde. » L’exemple de l’empire colonial français est privilégié, notamment la compréhension de la société coloniale.
  • en classe de 3e : thème 2 : Le monde depuis 1945 – Indépendances et construction de nouveaux Etats ». La décolonisation dans la guerre froide. Un repère chronologique à construire 1962 – la fin de la Guerre d’Algérie

Dans le thème 3 : Françaises et Français dans une République repensée. L’instauration de la Ve République liée au retour au pouvoir du général De Gaulle ne peut se comprendre que dans le contexte de la Guerre d’Algérie.

En lycée général et technologique :

En lycée professionnel :

 

 

Associé à la question mémorielle, le programme d’histoire peut possiblement être lié avec le programme l’enseignement moral et civique (EMC) « Espace public, engagement et culture du débat démocratique ».

L’approche pluridisciplinaire du conflit et de ses mémoires peut participer à donner du sens à cet enseignement. Le schéma proposé renvoie aux entrées et liens possibles entre différentes disciplines à différents niveaux d’enseignement.

 

 


 

 

 

Ressources pour l’enseignement de la Guerre d’Algérie

La sélection présentée ci-dessous n’offre qu’une partie des vastes bibliographie et sitographie consacrées à la question des mémoires de la Guerre d’Algérie et à son enseignement. Chaque référence renvoie à d’autres pistes ou lectures qui permettront d’approfondir tel ou tel point.

 

Les enjeux pédagogiques autour de la Guerre d’Algérie

Image
ONAC

 

Image
école coloniale

 

 

 

 

Ressources documentaires pour préparer un cours

 

Ressources pédagogiques

Image
guerre algérie

 

 

  • ONACVG met à disposition une exposition physique et numérique sur les mémoires de la guerre d’Algérie. En particulier, neuf vidéos d’historiens font le point sur les mémoires différentiées - complément de l'exposition consacrée à "La guerre d'Algérie. Histoire commune, mémoires partagées ?".  Les appelés, les militaires de carrières, l’armée de libération, les Harkis, les Français d’Algérie ? https://www.onac-vg.fr/une-exposition-numerique-sur-les-memoires-de-la-guerre-algerie Ces supports peuvent ouvrir sur des propositions de formations associant des interventions de différents protagonistes de la Guerre d’Algérie (anciens combattants, membres du FLN, Harkis, Français d’Algérie).

 

 

Pistes pédagogiques

 

Travailler avec les sources

Quelles sources produites permettent de travailler la question mémorielle associée à la Guerre d’Algérie ? Question fondamentale de l’historien et de l’histoire pour décrypter les mises en mémoire et ses enjeux, d’autant que les archives et leur consultation sont au cœur des avancées politiques vers une reconnaissance mutuelle des mémoires françaises et algériennes du conflit.

 

Autres documents :

 

Témoignages spécifiques : ils mettent en valeur les mémoires plurielles de la guerre qui cohabitent en France encore aujourd'hui.

  • L’historien Tramor Quemeneur, ancien élève de Benjamin Stora, recueille depuis plus de vingt ans le témoignage des deux millions d’appelés ayant servi en Algérie. Une sélection critique est proposée dans un numéro du magazine Historia https://www.historia.fr/parution/mensuel-856
  • Appelés ou militaires de carrières témoignent sur le site de l’Espace Parisien Mémoire et Histoire de la Guerre d’Algérie http://ephmga.com/temoignages/les-temoins/ fédération de plusieurs associations d’anciens combattants. Pluralité de points de vue et nombreux extraits utilisables dans le cadre d’un cours.
  • Sur les Français d’Algérie, un site reprend le discours mémoriel progressiste http://www.anpnpa.org/
  • Le dictionnaire Algérie du Maitron dirigé par René Galissot propose les fiches des militants anticolonialistes https://maitron.fr/?mot216

 

Article spécifique et lieux de mémoire en Occitanie :

Image
camps rivesaltes

 

 

 

Pour aller plus loin, ouvrages et bandes-dessinées

  • Emmanuel Alcaraz, Les lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Khartala, 2017. L’auteur interroge la mémoire nationale algérienne fondée sur la guerre d’indépendance, ses contradictions et les blocages suscitées.
  • Stéphane Beaud, La France des Belhoumi. Portrait de famille (1977-2017), Paris, La Découverte, 2018. Etude sur les complexes questions associées à l’immigration algérienne et aux identités plurielles. Le récit de ce professeur de sociologie a donné lieu à l’écriture d’une pièce de théâtre à destination des lycéens. https://actualites.ecoledeslettres.fr/sciences-humaines/histoire-sciences-humaines/la-france-des-belhoumi/
  • Raphaëlle Branche, La guerre d'Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, coll.  Points histoire, Seuil, 2005.
  • Raphaëlle Branche, Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? Enquête sur un silence familial, Paris, La découverte, 2020. Ouvrage essentiel sur les enjeux mémoriels et la réception des expériences des jeunes français appelés à servir en Algérie entre 1954 et 1962 à partir de témoignages inédits.
  • Sur les commémorations : Rémi Dalisson, Guerre d’Algérie L’impossible commémoration, Paris, Armand Colin, 2018.
  • Guy Pervillé, Une histoire iconoclaste de la Guerre d’Algérie et de sa mémoire, Paris, Vendémiaire, 2018. Par un des spécialistes de la période et du conflit qui étudie en particulier la mémoire nationaliste algérienne de la guerre, obstacle à la réconciliation mémorielle https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/22/l-algerie-s-est-enfermee-depuis-1962-dans-une-memoire-nationaliste_6067232_3212.html
  • Benjamin Stora, La Gangrène et l’oubli: la mémoire de la Guerre d’Algérie (1991), Paris, La Découverte Poche, 2005. Synthèse toujours utile et plus récemment, La guerre des mémoires, Paris, éditions de l'Aube, 2011.
  • La guerre d'Algérie, histoire et mémoires, CRDP Aquitaine, Bordeaux, 2008. Une mise au point scientifique du Guy Pervillé, accompagnée de pistes pédagogiques adaptées à différents niveaux, réalisées par des formateurs de l’académie de Bordeaux.
  • Sur l’histoire de l’Algérie à la période coloniale : Colette Zytnicki, Un village à l'heure coloniale. Draria, 1830-1962, Belin, 2019.

 

  • Roman : Alice Zeniter, L'art de perdre, Paris, Flammarion, 2017 (Prix Goncourt des Lycéens 2017).

    Un roman essentiel qui permet à travers une fresque familiale de comprendre les mémoires clivantes attachées à l’Algérie dans l’histoire de France des années 1960 à aujourd’hui.
Image
zeniter2
Image
histoire dessinée
  • Et Une histoire dessinée de la Guerre d’Algérie par Benjamin Stora et Sébastien Vassant, Paris, Seuil, 2016.