CAPES externe Epreuves

Arrêté du 19 avril 2013 fixant les modalités d’organisation des concours du certificat d’aptitude au professorat du second degré

Journal Officiel n°99 du 27 avril 2013

 

L’arrêté cité ci-dessus est modifié, à compter de la session 2019, par l’arrêté du 6 juillet 2018 ; le dernier alinéa du 1° du B définissant l’épreuve de mise en situation professionnelle est remplacé par les dispositions suivantes :

« Durée de la préparation : quatre heures ; durée de l’épreuve : une heure (exposé : trente minutes ; entretien : trente minutes) ; coefficient 2. »

 

Section sciences de la vie et de la Terre

 

L’ensemble des épreuves du concours vise à évaluer les compétences des candidats au regard des dimensions disciplinaires, scientifiques et professionnelles de l’acte d’enseigner et des situations d’enseignement.

Le programme du concours inclut l’ensemble des programmes de sciences de la vie et de la Terre du collège et du lycée général, le programme de biologie et de sciences de la Terre de la classe préparatoire scientifique BCPST, des éléments de sciences du vivant des programmes de chimie, biochimie, sciences du vivant de la série STL du lycée technologique. Le niveau de maîtrise M1 du cycle master (master s’entendant master MEEF) est visé, tant sur les connaissances que sur les méthodes ou les démarches.

 

 

 

 

 Épreuves écrites d'admissibilité

 

Les sujets peuvent porter, au choix du jury :

- soit sur les sciences de la vie pour l'une des épreuves et sur les sciences de la Terre pour l'autre épreuve,

- soit associer ces deux champs pour l'une des épreuves et porter sur un seul de ces champs pour l'autre épreuve.

Le sujet de l'une des épreuves au moins comporte des documents scientifiques fournis aux candidats.

 

 

 

Première épreuve d'admissibilité

 

Durée : 4 heures

Coefficient 1

 

L’épreuve consiste en une composition.

Elle repose sur la maîtrise des savoirs académiques et leur utilisation dans une expression écrite structurée.

Le sujet présente un intitulé d’une à quelques lignes, accompagné ou non de documents. Le candidat répond sous la forme d’une dissertation construite et illustrée. Il montre ainsi sa capacité à produire un texte scientifique de niveau adapté, rigoureux, argumenté et de bonne qualité formelle.

L’exploitation des documents peut être explicitement attendu dans la composition sous la forme d’une consigne du type « Vous intégrerez l’exploitation des documents 1 à X à votre argumentation qui sera complétée par des exemples précis de votre choix ». Dans le cas contraire, la consigne précise : « Les documents 1 à X sont conçus comme des aides à la rédaction : en aucun cas, il ne s’agit de les exploiter de manière exhaustive mais ils rassemblent un certain nombre d’informations intéressantes à identifier, à prélever et à utiliser pour construire et argumenter votre exposé ».

 

Deuxième épreuve d'admissibilité

 

Durée : 4 heures

Coefficient 1

 

L’épreuve consiste en l’exploitation d’un dossier documentaire.

Le dossier comporte, en proportions variables suivant les cas, des extraits de publications scientifiques, des textes historiques, des écrits abordant une question scientifique dans leur dimension sociétale, des extraits de grande presse, des analyses épistémologiques, pédagogiques ou didactiques, des extraits de manuels scolaires, des productions d’élèves et tout autre document jugé pertinent par les concepteurs du sujet. Chaque question posée indique avec précision le travail qui est attendu et l’ensemble documentaire à utiliser.

 

 

L'objectif de ces deux épreuves est d'évaluer la capacité du candidat à mettre les savoirs en perspective (savoirs relatifs aux contenus, aux méthodes et aux démarches) et à manifester un recul critique vis-à-vis de ces savoirs (approche historique et/ou épistémologique, réflexion sur la signification éducative, culturelle et sociétale des savoirs, premiers éléments de réflexion didactique et pédagogique) ainsi que sa capacité à utiliser les modes de communication propres à la discipline (schématisation en particulier).

 

 

 

 Épreuves d’admission

 

Les deux épreuves orales d'admission comportent un entretien avec le jury qui permet d'évaluer la capacité du candidat à s'exprimer avec clarté et précision, à réfléchir aux enjeux scientifiques, didactiques, épistémologiques, culturels et sociaux que revêt l'enseignement du champ disciplinaire du concours, notamment dans son rapport avec les autres champs disciplinaires.

Les sujets d'oral peuvent porter, au choix du jury, soit sur les sciences de la vie pour l'une des épreuves et sur les sciences de la Terre pour l'autre épreuve, soit associer ces deux champs pour l'une des épreuves et porter sur un seul de ces champs pour l'autre épreuve. Le plus souvent possible mais sans obligation, l'une concerne le niveau collège et l'autre concerne le niveau lycée.

 

Épreuve de mise en situation professionnelle

 

Durée de la préparation : 4 heures

Durée de l’épreuve : 1 heure (exposé : 30 minutes, entretien : 30 minutes)

Coefficient 2

 

Le sujet comporte l’indication du niveau (collège ou lycée) auquel il doit être abordé. Il comporte obligatoirement un aspect pratique que le candidat devra préparer et présenter. Un document professionnel scientifique, didactique et/ou pédagogique (un extrait de manuel ; une production d’élève ; une évaluation ; un document de préparation d’une leçon par le professeur, un document scientifique transposé au niveau de la leçon, etc.) lui est associé et doit être obligatoirement intégré à la leçon.

Le candidat est invité à présenter la problématique scientifique du sujet en introduction et à dérouler une leçon adaptée au niveau visé, tout en parlant à des membres du jury et non à des élèves. Il met en œuvre une activité concrète comparable à celles réalisées en situation d’enseignement. Il peut s’agir, par exemple, d’une expérimentation, d’une observation microscopique, d’une analyse de carte, d’une analyse documentaire critique, etc. Il argumente son exposé par des données scientifiques pertinentes.

L’exposé du candidat est suivi d’un entretien au cours duquel il pourra être amené à expliquer ses choix sur l’organisation de la séquence tant du point de vue scientifique que didactique et pédagogique (dont les activités proposées aux élèves), et du point de vue des connaissances proposées (y compris les aspects épistémologiques, méthodologiques, techniques et historiques).

Pendant le temps de préparation, le candidat dispose d’un accès à une clé de ressources et à une bibliothèque scientifique et pédagogique. Il dispose notamment des textes des programmes scolaires et, éventuellement, de documents officiels complémentaires comportant des suggestions pédagogiques.

Le candidat est assisté par un personnel technique.

 

 

 

Épreuve d'analyse d'une situation professionnelle

 

Durée de la préparation : 1 heure

Durée de l’épreuve : 1 heure

Coefficient 2

 

L’entretien prend appui sur un dossier fourni lors de la préparation. Le dossier peut contenir toute forme de documents scientifiques et/ou didactiques et pédagogiques utilisés dans l’enseignement des sciences de la vie et de la Terre. Ce dossier est le support initial d’un dialogue avec le jury, après que le candidat ait présenté son dossier pendant une durée de dix minutes maximums. Si cela s’y prête, un matériel naturaliste proposé par le jury peut illustrer en réel un des documents du dossier et faciliter ainsi les échanges.

Cette épreuve est centrée principalement sur un échange avec le jury. Il invite le candidat à justifier ses choix, le conduit à expliciter la place du projet dans une perspective éducative globale (éducation à la santé, au développement durable, aux médias, notamment dans leur composante numérique, etc.).

L’entretien permet aussi d’évaluer la capacité du candidat à prendre en compte les acquis et les besoins des élèves, à se représenter la diversité des conditions d’exercice de son métier futur, à en connaître de façon réfléchie le contexte dans ses différentes dimensions (classe, équipe éducative, établissement, institution scolaire, société) et les valeurs qui le portent, dont celles de la République.