Continuité pédagogique novembre 2020

Vous trouverez sur cette page les nouvelles recommandations et conseils pour vous aider à assurer la continuité pédagogique en Physique-Chimie. Cette page sera amenée à être développée par l’ajout de nouvelles informations.

Enseignement à distance en physique-chimie : préconisation et conseils pour l’alternance pédagogique

D’après la page Eduscol continuité pédagogique

Les différentes situations d’enseignement et définitions

  • Situation 1 : elle prévoit l'application de règles sanitaires plus strictes, entrainant une réduction du nombre d'élèves accueillis simultanément. Selon les circonstances, cette règle peut s'apprécier : 

Cas 1 : soit à l'échelle de l'établissement, conduisant alors à un accueil des élèves par niveau de classe, « à mi-temps », le groupe classe n’étant pas divisé (par exemple, un jour sur deux ou une semaine sur deux).

Cas 2 : soit à l'échelle de la classe, conduisant alors à un accueil des groupes d’enseignement en demi-effectif.

L'enseignement mis en place est alors en mode hybride.

Par extension, 

  • Situation 2 : elle correspond à la fermeture d'écoles, de collèges et/ou de lycées, sur une zone géographique déterminée. Ce cas de figure est susceptible de s'appliquer ponctuellement, en fonction des situations locales.

L'enseignement passe alors intégralement à distance.

A consulter :

Fiche 1-4 : mettre en œuvre la continuité pédagogique en lycée

Fiche 1-5 : ressources, outils et services pour l’enseignement hybride

Fiche 2-5 : sur quel accompagnement s’appuyer pour mettre en œuvre la continuité pédagogique

Fiche 2-6 : mettre en œuvre la continuité pédagogique en lycée

Fiche 2-7 : ressources, outils et services pour l’enseignement hybride

Choix du mode d’enseignement suivant la nature de l’activité

 Cet enseignement hybride peut se décliner en deux modes : 

  • le mode synchrone au cours duquel l’enseignant interagit en temps réel avec les élèves (classe virtuelle, présentiel, courriels, forums, etc.)
  • le mode asynchrone au cours duquel l’enseignant communique avec les élèves en amont ou en aval de l’activité de l’élève qui s’organise comme il le souhaite (documents sur l’ENT, plan de travail, activité du manuel, forums, courriels, etc.)

Apprentissage de nouvelles connaissances et capacités

Pour l’apport de nouveaux concepts et de nouvelles notions, il est préférable de privilégier le mode synchrone pour interagir et réguler les difficultés rencontrées par les élèves. 

Applications directe du cours

Pour les applications directes du cours, les deux modalités sont envisageables.

Il est cependant conseillé de privilégier la modalité synchrone pour éviter d’avoir à dupliquer les cours.

Si le travail est effectué de façon asynchrone, il est conseillé de mettre à disposition des élèves, des éléments de correction pour les aider à expliciter les attendus et comprendre comment les notions du cours sont réinvesties dans les exercices. On peut envisager aussi de proposer des coups de pouce. 

L’appui sur les manuels est aussi essentiel parce qu’ils proposent des solutions rédigées ou des résultats bruts pour rassurer les élèves mais aussi des vidéos à exploiter.

Tâches à initiatives

Elles sont importantes parce qu’elle favorise l’illustration des liens entre les notions du cours, permettent l’explicitation des modèles par la construction et la présentation des stratégies de résolution. 

À privilégier à la maison en mode asynchrone mais si possible à travailler en groupe. On peut donner les solutions à travailler. 

L’évaluation 

Il s’agit de sécuriser le plus possible les élèves dans leur processus d’apprentissage. On privilégie les évaluations en présentiel, lorsque les élèves seront suffisamment entrainés et familiers avec les notions et les méthodes pour les mettre en œuvre et les solliciter de façon efficace et pertinente.

Dans le cas de demi-groupes classe alternant, il sera nécessaire d’élaborer deux sujets proposés en présentiel évaluant les mêmes connaissances et compétences au niveau attendu. Cette situation existant actuellement entre deux classes, deux enseignants, le travail collaboratif facilitera la mise en œuvre.

 Préconisations pour la mise en œuvre d’un enseignement hybride         

 Préconisations nationales consultables sur la page continuité pédagogique du site Eduscol

 Identifier les moyens de communication et d’échange avec les élèves

  • Internet
  • ENT
  • Smartphone
  • Établissement scolaire 

Communiquer le programme de travail pour une à deux semaines. L'objectif est que les élèves sachent ce qu'ils vont devoir travailler en termes de connaissances et de compétences/capacités et qu'ils puissent s'organiser. Ce programme de travail doit être élaboré en tenant compte de la progression « normale » de l'année. On peut, dans la mesure du possible s'appuyer sur l'emploi du temps des élèves, pour offrir un cadre connu et rassurant.

Il est nécessaire de se concerter avec les autres enseignants de la classe pour que les séances synchrones ne soient pas conduites en même temps. Le professeur principal peut coordonner le travail de l’ensemble de l’équipe pédagogique :

  • un emploi du temps peut être mis à la disposition des élèves, 
  • un document peut aussi être conçu par les équipes pédagogiques donnant un cadre d'ensemble pour une classe ou un établissement qui indique la fréquence des envois et les remise des travaux.

À l’échelle de la discipline, il est nécessaire de proposer des plans de travail à une fréquence correspondant au moins à celle de l’alternance. Le plan de travail est constitué de plusieurs activités séquencées chronologiquement et articulées didactiquement entre elles.

Être très explicite en indiquant l'organisation de la séquence et de chaque coursDans le plan de travail, annoncer clairement les objectifs en termes pédagogiques de l’activité à mener et l’estimation de la durée. On peut conseiller de varier le plus possible les supports de communication : proposer des documents écrits (pour garder en mémoire) et mettre aussi à disposition des enregistrements vocaux ou des vidéos (préserver le contact par l’image est aussi important)

Type d’activité :

  • activité pour apprendre de nouvelles connaissances et de nouvelles capacités
  • activité d’application du cours pour appropriation
  • activité pour mobiliser les connaissances et les capacités dans une tâche avec prise d’initiatives

Objectifs pédagogiques clairs et bien explicités (en termes de capacités et de connaissances) pour que les élèves puissent évaluer leur maitrise.

Exemples :

  • Comprendre le principe d’un dosage par titrage.
  • Comprendre la notion de réaction support de dosage
  • Comprendre la notion d’équivalence
  • Savoir effectuer un bilan des espèces titrante et titrée à l’équivalence, pour des volumes de solution titrante inférieur et supérieur au volume équivalent.
  • Savoir repérer l’équivalence en exploitant une courbe pH = f(V) et s = g(V

 Les élèves doivent savoir où ils en sont. Cela signifie par exemple pour une séance, d'identifier la problématique au sein de l'introduction, d'énoncer le plan et les objectifs de chaque cours en termes de connaissance/compréhension et de compétences/capacités.

 Rendre le travail apparent en complétant le cahier de texte de manière détaillée pour permettre d'identifier ce qui doit être acquis et le travail à réaliser. Y faire apparaitre les plans de travail.

Dans le cas d’une alternance pédagogique par demi groupe, faire apparaitre le travail du groupe en classe et celui du groupe à distance. Faire apparaitre les liens et l’avancée dans les apprentissages des deux groupes. 

Mettre en place le travail collaboratif pour favoriser la formation par les pairs. Ce fonctionnement, outre son intérêt pour encourager la socialisation et l’engagement de chaque élève, permet de limiter le nombre de questions auxquelles le professeur est amené à répondre. Il demande à l’élève de réfléchir en amont, seul puis en groupe. 

Anticiper les questions des élèves dans la mesure du possible. L'objectif est de permettre à chacun de comprendre le contenu du cours le plus aisément possible.

Recenser les questions : 

  • en classe, noter les questions posées par les élèves ;
  • à distance, proposer un document numérique partagé sur lequel les élèves déposent leurs interrogations.

Répondre aux questions :

  • Déposer un document sur l’ENT dans le cahier de textes numérique ou sur le document numérique partagé ;
  • Réaliser des capsules à mettre à disposition des élèves.

Conseil pour la réalisation des capsules : s’enregistrer en s’appuyant sur un support écrit. Avec une tablette, un visualiseur ou un smartphone (ou une webcam) fixé à une potence.

Usage du visualiseur

Elaborer un cours à distance avec un visualiseur 1

Elaborer un cours à distance avec un visualiseur 2

Avoir des échanges réguliers avec les élèves au moins sous la forme d'envoi de documents, de questionnaires à compléter et/ou de chat. L'objectif est de maintenir un lien avec les élèves, c'est particulièrement utile pour les élèves les plus fragiles.

Maintenir le contact avec les élèves en concevant des séances synchrones (les élèves se connectent au même moment) et asynchrones (les élèves réalisent le travail quand ils le souhaitent et le peuvent) dans la mesure du possible. Cela permet à la fois d'assurer un lien avec les élèves et de tenir compte des contraintes matérielles de chacun. Cela permet à la fois d'assurer un lien avec les élèves et de tenir compte des contraintes matérielles de chacun. Cela oblige cependant à avoir prévenu assez longtemps à l'avance du créneau choisi.

Être réaliste dans la charge de travail. Si la séance est conçue pour une durée d'une heure, le travail demandé à l'élève ne doit pas excéder 30 minutes afin de tenir compte des conditions particulières de travail. La finalité et les objectifs de chaque tâche doit être clairement indiquée ainsi que la durée de celle-ci. Tout comme pour une séance de cours traditionnel, il convient de limiter le nombre de documents par heure de cours (2 ou 3 dans la plupart des cas). Normalement tous les élèves ont accès au manuel scolaire et c'est un outil connu. Pour des raisons liées à la durée importante de construction des supports, il est conseillé de s’appuyer sur cet outil, choisi, le plus souvent possible.

Identifier les thèmes du programme les plus adaptés à l’apprentissage à distance et réserver les notions les plus délicates pour la découverte en classe.

Nécessite une double programmation articulée pour travailler en présentiel, les parties du programmes plus difficiles.

 Rendus des élèves à distance

Il est impératif de demander aux élève à distance de rendre des travaux à l’écrit ou sous forme de vidéos. Dans le cas d’une production écrite, celle-ci peut être photographiée, par exemple à l'aide d'un téléphone multifonction et placée par l'élève sur un espace d'échanges ou de stockage partagé. On privilégiera l’ENT. En ce qui concerne le contrôle et la correction de ces productions, il est inutile de tous les viser mais de sélectionner certains travaux (4 à 6) pour effectuer des bilans de la maitrise des connaissances et des capacités travaillées à distance. Ce travail permettra des retours en classe pertinents puisque construits à partir des réussites et des échecs des élèves.

Tout le monde n'est pas familier avec les supports de l'enseignement à distance, il convient donc, sauf cas particuliers, de limiter le nombre d'outils et de supports utilisés et de se concerter au sein d'une même classe, voire d'un même établissement, pour qu'ils soient les plus pertinents au regard des situation d’apprentissage.

Dimension expérimentale

On peut s’appuyer, sur des vidéos ou des logiciels de simulation déposés sur le site Eduscol ou les sites PHET et PCCM. Il est aussi envisageable de proposer aux élèves des expériences à réaliser à la maison avec son smartphone ou autre matériel du quotidien.

Il est possible de faire travailler les élèves à distance sur des données expérimentales authentiques.

Sources possibles :

  • les manipulations réalisées par les camarades lors des activités de classe ;
  • données des années précédentes ;
  • données des activités expérimentales proposées sur les sites académiques et dans le parcours magistère proposé l’année passée ;
  • données d’expériences relayées sur le web.

Ressources en physique-chimie

Les cours Lumni 

23 séances tournées en avril, mai et juin (16 niveau collège et 7 niveau lycée)

Tournage récent de 10 capsules de 30 minutes sur la spécialité physique-chimie de la voie générale dont certaines sont aussi utilisables en SPCL de la filière STL

1.     Constitution et transformations de la matière

  • Capsule 1 Analyser un système chimique par des méthodes physiques
  • Capsule 2 Analyser un système par des méthodes chimiques
  • Capsule 3 Suivre et modéliser l’évolution temporelle d’un système siège d’une transformation chimique
  • Capsule 4 Prévoir le sens de l’évolution spontanée d’un système chimique
  • Capsule 5 Élaborer des stratégies en synthèse organique 

2.     Mouvement et interactions

  • Capsule 6 Relier les actions appliquées à un système à son mouvement (Repère de Frenet)

3.     L’énergie : conversions et transferts

  • Capsule 7 Modélisation de l’évolution de la température d’un système au contact d’un thermostat 

4.     Ondes et signaux

  • Capsule 8 Interférences de deux ondes lumineuses
  • Capsule 9 Modèle optique d'une lunette astronomique 
  • Capsule 10 Modèle du circuit RC série

Horaire de diffusion sur France 4 :

  • jeudi 15h30 terminale
  • vendredi 14h30 première  

Sur le site lumni: