Continuité pédagogique de l'enseignement de la philosophie

Quelques pistes initiales pour assurer la continuité pédagogique dans le contexte actuel, proposées par M. Christophe Bardyn, IA-IPR de philosophie de l'académie de Toulouse :

 

 

  1. 1. Ressources accessibles numériquement

 

https://eduscol.education.fr/philosophie

Particulièrement l’onglet : « enseigner avec le numérique »

 

Chaque site académique de philosophie en France propose ses propres ressources et outils. Vous pouvez les consulter et choisir ce qui vous convient dans leurs propositions, qui sont toutes validées par les IA-IPR de ces académies. La carte de France des sites académiques, avec les liens pour y accéder, est ici, sur Eduscol :

https://eduscol.education.fr/philosophie/reseau/sites-academiques-philo

 

Vous trouverez particulièrement sur ces sites des pages de textes numérisés en rapport avec le programme de philosophie.

 

Pour toutes vos activités avec les élèves, l’usage de l’ENT doit être préféré à Pronote, car ce dernier offre moins de possibilités. Les entrées « Classeur pédagogique » et « Espace de classe » de l’ENT sont à privilégier.

 

 

  1. 2. Pistes pédagogiques

 

Il est souhaitable que les cours à distance soient accompagnés de PETITS exercices à réaliser régulièrement par les élèves pour s’assurer qu’ils ont suivi et compris le cours. Ces exercices peuvent consister en une simple question demandant de restituer une définition ou une distinction conceptuelle en la reformulant par rapport au cours.

 

Il est souhaitable aussi que les textes travaillés à distance soient accompagnés systématiquement de quelques questions de compréhension.

 

Puisque les élèves travailleront avec leur ordinateur, vous pouvez leur demander d’aller lire des textes sur une banque de textes libres de droits et accessible en ligne (par exemple UCAQ : http://classiques.uqac.ca/classiques/) Vous pouvez aussi suggérer à vos élèves de suivre une vidéo ou une conférence en ligne et d’en faire un résumé rapide à vous remettre (par exemple, sur le site Europe-Éducation-École : http://www.projet-eee.ac-versailles.fr/ ).

 

Ces petits exercices doivent être renvoyés par les élèves mais ne font pas nécessairement l’objet d’une correction notée. Ils sont l’équivalent d’une question posée oralement pendant le cours ou à la fin du cours pour la séance suivante.

 

Il n’est pas utile de surcharger les élèves avec des quantités d’exercices irréalistes, mais il faut s’assurer qu’il y a un travail régulier.

 

 

  1. 3. Dans la perspective des examens

 

Concernant la préparation des épreuves du Baccalauréat, il est nécessaire de continuer à donner des exercices de type bac aux élèves pendant cette période. Afin de limiter le recours au copié-collé, les professeurs peuvent accompagner le sujet de dissertation ou d’explication de texte de consignes de traitement qui orientent la rédaction et obligent l’élève à se servir de certaines ressources pour rédiger leur devoir. Par exemple, demander aux élèves d’utiliser un corpus (limité) de textes pour rédiger une dissertation ; ou bien leur demander de rédiger une explication de texte en employant des distinctions conceptuelles ou des références proposées par le professeur. Ainsi, le texte d’un auteur pourrait être accompagné de quelques citations (peu nombreuses) que l’élève devra intégrer à son explication en les justifiant. De cette manière, l’usage intempérant des corrigés sur internet peut être extrêmement réduit.

 

En cette période de l’année, le travail sur une œuvre suivie peut être particulièrement fructueux. Les professeurs peuvent donner un plan de lecture de chapitres ou d’extraits avec des questions à travailler et, là encore, à rendre dans un délai raisonnable. Le travail sur l’œuvre gagnera à être mis en relation avec les notions du programme. On peut aussi faire travailler les repères conceptuels en demandant aux élèves de les identifier dans des pages philosophiques choisies par le professeur.

 

Continuité pédagogique de l'enseignement de la philosophie