Technologies du numérique

Le projet Etwinning/E Move Learn

Un échange entre le Lycée Rive Gauche de Toulouse et le Lycée Cecioni de Livourne (Toscane, Italie) aura lieu cette année scolaire. Cet échange est financé par l’agence Erasmus+: les élèves participant à la mobilité ont reçu une bourse européenne couvrant les frais de transport (jusqu’à 578 euros)
Anonyme (non vérifié) lun 30/10/2017 - 11:23

Tutoriels

Voici quelques tutoriels faciles à apprendre pour manipuler des fichiers numériques en classe et pour maîtriser des applications sur l'ordinateur. Modification et enregistrement d'une vidéo avec VLC : Tutoriel en format pdf et en format diaporama pour extraire des séquences vidéo avec VLC Création d
Anonyme (non vérifié) mar 03/07/2018 - 17:04

Le compte twitter

Voici le compte twitter pour l'italien dans l'académie de Toulouse

N'hésitez pas à vous abonner!

https://twitter.com/italienactlse

 

eTwinning : une autre manière d’enseigner

eTwinning : une autre manière d’enseigner eTwinning est une action européenne, pilotée par le Ministère de l’Éducation nationale et dont Réseau CANOPÉ est l’opérateur. L’action eTwinning par le biais d’une plateforme numérique gratuite et sécurisée, (www.etwinning.fr) permet aux enseignants de 42
Anonyme (non vérifié) lun 02/07/2018 - 17:13

POURQUOI UTILISER LE NUMERIQUE ?

LE NUMÉRIQUE ET LES LANGUES VIVANTES

 

Pendant la phase d’entraînement

Le numérique permet d’une façon beaucoup plus aisée de donner accès à des ressources authentiques d’une façon immédiate. La variété des supports (écrits, iconographiques, audio, vidéo) donne la possibilité à l’enseignant d’adapter les documents proposés aux niveaux et/ou aux goûts des élèves en différenciant les apprentissages.

D’autre part, les supports numériques, par nature amendables, vont amener l’élève à adapter, annoter, colorier et colorer, faire des pauses, effacer, garder une trace, afin d’accéder au sens, non seulement grâce aux stratégies mises en place par le professeur, mais également en mettant en œuvre ses propres stratégies.

De nombreux outils numériques (logiciels, applications) existent afin d’améliorer les techniques d’apprentissage qu’il s’agisse de la mémorisation du lexique, d’aide à la compréhension, d’entraînement à la syntaxe… Cependant c’est bien dans les phases de production que l’outil numérique semble le plus convaincant tant pour l’enseignant que pour l’élève. En effet, d’une façon générale le numérique apparait beaucoup plus souple, motivant, dynamique, collaboratif que les outils traditionnels. Les élèves pourront facilement mêler texte, image, son, vidéo afin de produire des documents dynamiques et valorisants.

Enfin, pour ce qui concerne l’oral, tant en réception qu’en production, nous constatons que l’outil numérique permet, de par sa plasticité, de dédramatiser l’apprentissage. L’élève peut adapter le document à son rythme en faisant des pauses ou des retours en arrière de façon autonome ; en revanche, quand il est en phase de production il peut, non seulement ajouter des éléments à son enregistrement (jingles, musique, autres voix), mais aussi modifier ou effacer des parties de son discours. Cette souplesse va rassurer l’élève qui va prendre de la distance par rapport à sa propre production et ainsi l’aider à prendre confiance tout en le motivant.

La vérification et l’évaluation

Parmi les nouveaux outils numériques, de plus en plus simples d’utilisation, il existe de nombreux générateurs d’exercices (QCM, associations, textes lacunaires, Quizz…) qui permettent tant à l’élève qu’au professeur de vérifier des acquis ou d’évaluer des compétences très rapidement.

Nous le comprenons aisément, le numérique est un moyen pour l’élève de maîtriser sa progression de façon autonome en s’auto-évaluant. Les outils mis à disposition lui offrent l’opportunité de garder une trace de toutes ses productions, mais aussi des modifications et améliorations apportées, des conseils donnés par son professeur. Il est donc capable de vérifier régulièrement ses acquis et ses compétences dans toutes les activités langagières, par exemple grâce à un portfolio qui pourrait le suivre tout au long de son parcours de formation.

Il est également important d’insister sur la plasticité et la souplesse des outils numériques qui offrent la possibilité, non seulement de revenir aisément sur ce qui a été produit, mais aussi de garder une trace des amendements apportés dans le cadre de la remédiation quelle que soit l’activité langagière travaillée. L’évaluation n’apparaît par conséquent plus comme un couperet qui mettrait fin (plus ou moins heureuse) à une activité ou une séquence, mais comme une étape du parcours formatif sur laquelle on pourra revenir le cas échéant.

Par ailleurs, et il s’agit probablement d’un des avantages les plus importants, les outils numériques actuels permettent d’individualiser et de différencier beaucoup plus facilement l’évaluation. Si nous prenons l’exemple de plateformes d’apprentissage telles que Moodle, le professeur peut adapter les grilles d’évaluation aux élèves, envoyer un fichier de remédiation individualisé à chacun, demander à l’élève d’amender son travail tout en conservant la première version. Pour être encore plus précis : imaginons qu’un élève dépose une production orale ou écrite sur la plateforme ; le professeur pourra à son tour envoyer à l’élève un fichier audio ou écrit de remédiation dans lequel il invitera l’élève à améliorer son travail en lui prodiguant les conseils nécessaires, tout ceci à distance et au moment choisi tant par le professeur que par l’élève.

Pour résumer, le numérique permet de démultiplier les supports, les techniques d’évaluation mais aussi d’abattre les frontières spatiales et temporelles en apportant précision et souplesse.