Projet STMG au lycée Clément Marot

Jeudi 19 avril 2018 - 15:00

Sommaire :

 

 

Un contexte bien connu

L'idée du projet part d'un constat simple : les élèves STMG sont souvent démotivés, réfractaires à l'apprentissage car s'inscrivant mal dans les attendus scolaires classiques, et pourtant prêts à s'investir lorsque l'occasion leur est donnée de s'exprimer. Ils s'intègrent très bien dans le monde professionnel, où leur dynamisme est particulièrement apprécié et où on les retrouve quelques années après le bac avec de réelles perspectives d'évolution de carrière. Pour exploiter au mieux ces qualités cachées, il semble nécessaire de recourir à des méthodes d'enseignement différentes, à base d'activités concrètes et de responsabilisation.

Organisation d'événements, voyage pédagogique, création d'entreprise, stage en entreprise deviennent ainsi les temps forts des deux années de STMG.

 

Un changement d'approche

L'esprit du projet peut être résumé par deux idées fortes :

  • d'abord le renversement des enseignements, du terrain vers les notions, par exemple en Sciences de gestion où le cours n'intervient plus qu'au fur et à mesure des besoins des différents projets ;
  • ensuite le glissement des connaissances vers les compétences. Les premières sont bien difficiles à transmettre aux élèves (notamment tant que la préparation au bac n'est pas encore une urgence), les secondes s'acquièrent en situation, donc plus naturellement, et vont donner du sens à l'exploration des thèmes du programme, dès lors beaucoup moins abstraits. Dans ce cadre, les outils numériques servent non seulement des objectifs plus vastes, mais constituent aussi une passerelle intéressante, bien qu'évolutive, vers les compétences visées.

Globalement, l'année de 1ère est destinée à susciter l'intérêt de ces élèves en quête de motivation, alors que la Terminale sera davantage le temps de l'orientation réfléchie et de la préparation efficace de l'examen.
 

Des  objectifs ambitieux

Le projet STMG répond à plusieurs objectifs essentiels :

  • intéresser, mettre en confiance et motiver. Les élèves de STMG, souvent dans la série par défaut, ont besoin de comprendre rapidement les opportunités qui s'offrent à eux et les atouts sur lesquels ils peuvent miser pour réussir. Les mettre en activité permet de les intéresser et d'exploiter au mieux leur dynamisme, ainsi que leur envie de bien faire ;
  • consolider les bases méthodologiques et favoriser la rigueur dans l'apprentissage des connaissances et des compétences. Le projet est conçu sur deux années : la classe de 1ère pour acquérir des méthodes et de l'envie, par le biais des diverses activités menées, puis la classe de Terminale pour exploiter ces méthodes et travailler davantage sur les connaissances en vue de l'examen. Ces élèves apprécient généralement d'évoluer dans un cadre structurant et leurs lacunes nécessitent une grande rigueur au moment du passage à l'apprentissage des notions du programme ;
  • impliquer et responsabiliser. Ces élèves sont très sensibles à la confiance que l'on peut leur accorder et les impliquer dans des projets leur donne l'occasion de montrer tout l'investissement dont ils sont capables ;
  • rapprocher du monde professionnel. Les points forts des élèves de la série STMG se révèlent souvent quelques années après le bac, au sein des entreprises. Il est donc pertinent de les mettre en relation plus tôt avec celles-ci et surtout de les préparer au mieux à leurs diverses attentes (savoir, savoir-faire, savoir-être) ;
  • faciliter l'orientation. Les élèves STMG peuvent et doivent avoir de l'ambition, mais également choisir l'orientation la plus adaptée, ce qui nécessite une meilleure connaissance des formations post-bac et des métiers qui leur sont ouverts.

 

Des activités transversales menées tout au long du cycle de formation

Les activités menées au lycée Clément Marot poursuivent donc ces objectifs. Voici les principales, dans l'ordre d'aboutissement sur les deux ans :

  1. organisation du Forum des métiers : participation à la préparation de cet événement annuel majeur, intéressant au lycée plus de 800 visiteurs et réunissant environ 120 intervenants, professionnels et anciens élèves, en vue d'une information par témoignage pour l'orientation des élèves de 2nde, 1ère et Terminale (gestion de la base de données intervenants sur tableur, contacts et relance des intervenants, organisation et mise en place des stands, accueil) ;
  2. opération marketing : conception de logos et vente de produits (t-shirts, batteries externes, clés USB, etc.), avec élaboration d'un plan marketing complet, permettant de développer et mettre en action les capacités commerciales, de créativité, de communication ;
  3. organisation d'événements (cette année le concert de rap aux Docks), pour le financement du voyage : travail collaboratif à l'aide d'un outil de gestion de projet (ex : Trello), travail en équipes responsables (technique, organisation, administration, réglementation et prévention, communication, buvette et vestiaire), gestion du temps et du risque (diagramme de Gantt) ;
  4. projet vidéo : réalisation par les élèves de deux vidéos, l'une correspondant à un CV (avec présentation du parcours et des objectifs d'études ou professionnels), l'autre destinée à promouvoir les produits ou le concert avec originalité. Les intérêts sont multiples : entraînement à l'oral, préparation des entretiens de stage ou d'embauche, développement de l'argumentation commerciale ;
  5. voyage pédagogique : le Pays basque en 2017, Bordeaux en 2018, Montpellier et sa région en 2019. Une dizaine d'organisations rencontrées cette année à Bordeaux (deux entreprises de logistique, une librairie, des associations éco-responsables, artistiques ou de solidarité, l'Inra, le Rocher de Palmer (espace culturel, salles de concert, espace de coworking, pépinière d'entreprises), un ostréiculteur, et enfin la visite de la Cité du vin. Au programme donc : enrichissement personnel, mise en contact avec des acteurs sociétaux, illustration des thèmes de Sciences de gestion, Management et Economie-droit des deux années du programme STMG ;
  6. création d'entreprise virtuelle : activité s'étalant sur toute l'année, en Sciences de gestion. Les élèves en équipe de 3 ou 4 construisent un projet fictif de création d'entreprise, intégrant tous les éléments du business model proposé par le site GRP Lab. Le but est d'être à la fois créatif (nom, logo, outils de communication, stratégies de développement, ...) et rigoureux (analyse du marché, schéma de processus, bilan d'ouverture, seuil de rentabilité, ...). Le projet est présenté début juin, en fin de 1ère, devant un jury constitué du chef d'établissement, de professeurs et de professionnels ;
  7. création de site Internet : le voyage pédagogique peut être l'occasion de réaliser un site web, individuellement ou en mode collaboratif, avec une page en anglais et une autre en espagnol. Les compétences ici travaillées sont liées à la créativité, à l'esprit de synthèse, à la communication, à la maîtrise enfin d'un outil numérique réexploitable ;
  8. stage de 3 semaines en Terminale, dans une organisation (entreprise, organisation publique ou association) : le stage occupe les deux semaines avant les vacances de Toussaint et la première semaine de celles-ci. Au-delà de la phase d'observation, le stagiaire est rapidement mis en situation de découvrir à partir de quelques missions simples, les compétences spécifiques au métier. Le stage donne lieu à un court rapport, soutenu à l'oral. Cette expérience sur le terrain, véritable réussite pour la majorité des élèves et des tuteurs, vient valider le projet d'orientation des élèves, deux ou trois mois avant Parcoursup, et peut même alimenter d'exemples concrets les cours de spécialité ou de Management en Terminale ;
  9. veille informationnelle : sur le thème de la RSE, les élèves mènent en Management une veille informationnelle complète, du sourcing à la diffusion des informations obtenues. L'année de 1ère a permis une initiation, consolidée ensuite en Terminale par cette activité mobilisant des outils de veille développés (Twitter, Netvibes, Diigo, Revue). La veille étant essentielle dans le monde professionnel, les élèves sont ainsi préparés aux exigences qui les attendent en la matière dans les études post-bac et dans les stages à venir.

 

Le nombre de projets réellement approfondis peut varier légèrement, en fonction des aptitudes collectives de la classe et du degré d'efficacité observé. Leur point commun est d'enrichir le CV des élèves à l'approche de Parcoursup. CV

Le temps passé sur les projets est regagné sur le cours classique, puisque celui-ci est proposé ponctuellement sous forme de fiches, en fonction des besoins des activités menées.

 

 

Les conditions de réussite

 

Le projet STMG demande de travailler dans des conditions favorables. Il est envisagé sur deux ans, avec un travail étroit en équipe pédagogique soudée, où chaque collègue est appelé à participer aux différents projets, à un moment ou à un autre.

Le recrutement doit se faire par le haut, avec des effectifs maîtrisés. Si des interventions sont proposées auprès des élèves de 2nde pour les informer sur les atouts de la série et les points positifs du projet, les profils privilégiés sont ensuite ceux d'élèves ayant envie de s'investir et de progresser.

Le rôle du chef d'établissement est en cela essentiel, tant au niveau du discours permanent et de son impact sur l'image de la STMG qu'au moment des conseils de classe, où des élèves se voient refuser l'accès à la série. Des études en STMG se méritent, surtout avec la qualité et la relative complexité des activités proposées.

Pour mesurer les progrès de chacun et accompagner des activités s'étalant parfois sur plusieurs mois, l'évaluation par les compétences est une solution particulièrement adaptée.  Les élèves ne partent pas tous du même niveau et méritent un suivi personnalisé et progressif, favorisé par cette approche. Les temps d'analyse réflexive permettent aux élèves de prendre conscience des compétences acquises et de la possibilité de les transférer.

La transmission de la culture STMG est également un point important, elle sera permise par des interventions ponctuelles des élèves de Terminale auprès de ceux de 1ère : participation à la journée d'intégration, témoignages, accompagnement pour la recherche de stage, conseils lors du projet création d'entreprise, etc.

Enfin, le développement de liens plus étroits avec l'entreprise, ainsi qu'avec les partenaires publics et associatifs, semble une évolution logique et porteuse de divers avantages. Qu'il s'agisse des visites d'entreprises, des participations aux jurys d'oraux, de l'acquisition encadrée de compétences professionnelles lors du stage ou encore de simples rencontres avec des acteurs de terrain, les élèves ont tout à gagner à se familiariser avec les codes et les attentes de leurs futurs employeurs.

 

 

Des perspectives et des pistes d'amélioration

 

Les élèves apprécient très majoritairement les apports du projet STMG. 

Cependant, celui-ci n'est pas parfait, ni figé. De nombreuses pistes sont à explorer qui pourraient l'approfondir, voire le bonifier. La mutualisation des pratiques, si le projet fait ses preuves, est à envisager. Elle peut être aidée par un programme de formation et d'échanges, mais également concrétisée par des développements à l'échelle académique. Par exemple, un concours lié à la création d'entreprise permettrait de rapprocher les méthodes d'enseignement tout en montrant les meilleures réalisations de chacun, ce qui serait source de progrès et d'inspiration pour tous.

Une des faiblesses actuelles du projet est l'absence de diagnostic poussé en début de 1ère. On ne peut demander les mêmes résultats à des élèves partant de niveaux très différents et n'affichant pas les mêmes aptitudes au travail, ou les mêmes capacités de concentration. La notion de progression doit être relativisée en fonction de chaque individu.

Le mois de septembre sera donc dès la prochaine rentrée en grande partie consacré à un diagnostic élargi. Ce temps qui paraît long se justifie par les deux années passées ensuite avec les mêmes élèves, avec un retour sur investissement des plus profitables. Au-delà du simple niveau scolaire et de ses différentes expressions (capacités de compréhension, d'analyse, de rédaction, d'argumentation écrite et orale) seront évalués, par des moyens divers et appropriés, la créativité, la capacité de travailler en équipe, l'appétence pour le numérique, la maîtrise de la communication orale et écrite via différents médias, le savoir-être, mais encore la situation personnelle, les expériences professionnelles, la qualité du réseau, l'avancement du projet d'orientation, le niveau d'ambition, la confiance en soi, etc.

Des entretiens individuels réguliers en cours d'année permettront de valider les progrès réalisés par chaque élève sur ces différents points.

Parmi les innovations prévues au lycée Clément Marot s'annonce un "reversal day", qui verra les collègues de l'équipe échanger leurs enseignements le temps d'une journée (le professeur de management en maths, la collègue d'anglais en espagnol, etc.). L'idée aurait pour but de montrer aux élèves la capacité d'adaptabilité que peut demander le monde professionnel, de mobiliser leur propre capacité d'adaptation, de souder davantage encore l'équipe pédagogique. Une situation de co-enseignement viendrait clore l'expérience.

 

Une connexion forte avec l'entreprise doit enfin être entretenue : les nouvelles pratiques s'y développent sans cesse et les nouvelles formes d'organisation du travail y fleurissent en permanence. Une veille efficace et partagée peut permettre d'adapter bon nombre de ces avancées dans nos propres enseignements et de dynamiser ainsi la série STMG. Celle-ci peut être le lieu privilégié de l'expérimentation et de l'innovation pédagogique.

 

 

Si vous souhaitez échanger sur ces thèmes et avoir des précisions sur les différentes actions évoquées : Renaud.Trotier@ac-toulouse.fr

 

 

 

Étiquettes : STMG 2017-2018