Témoignage de l’expérience "Quart d’heure de lecture" au collège Fragonard de Nègrepelisse

Comment se passe le ¼ d’heure lecture dans votre établissement ? (description des modalités)

2 fois par semaine après la récréation de 15h, un mois : le lundi et le jeudi ,le mois suivant : le mardi et le vendredi pour ne pas impacter toujours les mêmes classes ( il arrive donc que ce soit pendant la même discipline pour la même classe ) mais ce n’est pas une bonne solution de changer de jour car il faut rappeler chaque semaine les jours, faire des annonces etc...

 

Les élèves rentrent, une sonnerie retentit avec annonce « silence on lit », il n’y a pas d’autre sonnerie à la fin du 1/4 d’heure de lecture, chaque adulte gère le temps. Les élèves sortent leurs livres, ceux qui n’en ont pas piochent dans une caisse ou choisissent parmi les livres amenés par l’adulte.

 

Pouvez-vous nous en dire plus en termes d’analyse ? (freins, points positifs, retombées sur le climat scolaire, la politique d’acquisition, les emprunts ...)

 

Témoignages de collègues :

"Je n'y vois que des points positifs: les élèves sont beaucoup plus détendus et à l'écoute après ce temps de pause. Parfois un élève ou deux fait semblant de lire, mais ils respectent néanmoins le silence."

 

"Cette année les 6ème sont rodés puisque l'opération existe aussi en primaire, ils ont donc moins tendance à oublier leurs livres que l'an dernier. Pendant leur installation, donc avant la lecture, ils peuvent proposer des échanges à leurs camarades s'ils ont un livre qu'ils ont bien aimé ; les oublieux piochent dans la caisse prévue à cet effet (et peuvent emprunter le livre chez eux pour le finir s'ils le souhaitent, comme j'ai mis surtout des BD cela arrive assez souvent). Je m'efforce de ne lire que des BD drôles pendant ce temps partagé pour montrer par l'exemple qu'on peut pouffer en lisant un livre et que toute lecture est permise !"

 

"Pour les plus grands se pose encore le problème des oublis, moins que l'an dernier cependant ; la caisse de livres est donc un impératif. Presque aucun ne rechigne, et la mise au travail est ensuite rapide et agréable."

 

"Le principal écueil est à mon avis les profs qui ne jouent pas le jeu (très peu heureusement) et ne lisent pas avec leur classe. L'adhésion de l'équipe doit être la plus large possible, et rappeler que c'est obligatoire n'est pas inutile une fois la décision prise..."

 

"certains élèves entrent vraiment dans la lecture, ont des livres dans leurs cartables et les sortent à d'autres moments de la journée, en fin de contrôle par exemple, les classes sont plutôt calmes et jouent le jeu, la classe est apaisée en fin de période de lecture (mais parfois somnolente ... )

 

Points négatifs : «certains élèves (les moins lecteurs) se sont lassés, toujours des oublis de livres, il faut insister ou en isoler certains"

 

En permanence et à la vie scolaire :

Ce temps de lecture n’est pas toujours respecté car nous devons continuer à gérer l’accueil, lorsqu’il y a beaucoup d’élèves en permanence on doit se déplacer vers des salles de cours ce quifait que l’on commence en retard et dans une certaine confusion...

 

Au CDI :

Que des points positifs même si la charge de travail est très importante pour le professeur documentaliste en gestion des prêts ces jours-là :

  • remerciements de quelques parents dont les enfants ont « repris goût à la lecture », idem pour des élèves (sondage et questionnaire en ligne pour évaluer le projet en juin dernier)
  • le nombre de prêt a pratiquement triplé (mais pas d’incidence sur le prêt à la médiathèque communale)
  • budget est passé de 3000 à 4000 euros
  • politique d’acquisition : achats de livres courts (par exemple collection « petite poche », de livres pour élèves ayant des difficultés de lecture (dys), renouvellement du fonds BD, des documentaires pouvant intéresser les faibles lecteurs.

 

Comme il n’y a pas un fonds suffisant je mets dans les caisses des livres en double exemplaire acquis pour des prix littéraires ou concours, des livres achetés d’occasion ou donnés .Beaucoup des professeurs amènent des livres,

 

L’avantage de ce dépôt dans les salles (et du fait que les élèves ont souvent un livre dans leur sac) : autonomie des élèves qui d’eux-mêmes prennent un livre lorsqu’ils ont fini leur activité. (Est-ce un retour à la bibliothèque de classe?)

 

C’est beaucoup mieux lorsque le professeur vient choisir des livres pour sa classe, le contenu de la caisse est personnalisé, je lui donne des fiches de prêt que l’élève complète s’il veut garder le livre.

 

Beaucoup plus de contacts avec des élèves que l’on ne voit pas habituellement au CDI, (et des collègues...) aide au choix et discussions autour des lectures, davantage de suggestions d’achat de la part des élèves ...

 

En décembre on peut constater un relâchement de la pratique certains collègues me signalent qu’ils ne l’ont pas fait pour diverses raisons (évaluation, parce qu’ils sont en salle informatique, à l’administration parce qu’ils doivent gérer l’accueil ...

 

Comment relancer l’intérêt de certains élèves et collègues ?

...pas de réponses pour l’instant

 

Quels conseils donneriez-vous à un collègue qui souhaite mettre en place ce dispositif ?

  • Discussions et sondages avant le lancement du projet auprès des collègues
  • vote en CA
  • informer les parents afin qu’ils incitent leurs enfants à avoir un livre
  • en liaison avec les écoles
  • campagne d’affichage régulière, que la majorité soient motivée, soutien des chefs d’établissement pour l’organisation et le lancement de l’opération ce qui a été le cas ici.
Partager