Développer le dispositif "quart d'heure de lecture" au collège : enquête et synthèse

Le ministre J.M. Blanquer a adressé un courrier aux recteurs pour préciser en quoi consiste le dispositif  "quart d'heure de lecture" annoncé dans le plan "à l'école des arts et de la culture" et quelle étaient ses modalités de développement.

 

Cette mesure qui s'adresse à toute la communauté éducative, s'inscrit fortement dans notre mission de développement de la lecture et notre accompagnement sera une élément essentiel de la réussite de ces projets.

Des temps banalisés de lecture personnelle du type "silence on lit" ou "quart d’heure lecture" doivent être mis en place dans les écoles élémentaires et les collèges dès la rentrée 2019.  Certains établissements ont anticipé cette demande institutionnelle, conscients de la nécessité de « consacrer une place à la lecture personnelle d’ouvrages librement choisis par l’élève dans le temps scolaire », car il s’agit d’un « temps constitutif des apprentissages, essentiel pour développer l’intérêt et le goût de l’enfant pour la lecture ». Les récentes modifications apportées aux programmes des cycles 2, 3 et 4 par l’arrêté du 17 juillet 2018 rappellent également cette nécessité.

Nous vous proposons une présentation du dispositif et la synthèse de l'enquête réalisée auprès des professeurs documentalistes de l'académie en novembre-décembre 2018.

 

  • Les principes du dispositif se fondent sur la participation de tous, les élèves et tous les adultes de la communauté éducative, 10 à 20 minutes, de 1 fois par semaine à tous les jours selon les établissements.  Dans l’idéal, il s’agit d’une lecture qui se prolonge sur plusieurs jours, notamment grâce aux emprunts possibles. Les fictions seront favorisées (romans, nouvelles, contes, BD, poésie, etc.) mais les documentaires sont tout aussi pertinents dans ce temps de lecture.
     
  • Les intérêts de cette expérience sont multiples. Tout d'abord, un nouveau temps culturel partagé par tous les membres de la communauté. Ensuite, une découverte ou une redécouverte de la lecture plaisir car il ne s’agit pas de lire pour lire mais véritablement d'accompagner les usagers à trouver des ouvrages qu'ils prennent plaisir à retrouver lors de ce rendez vous. Enfin, ce temps permet à chacun, une fois le temps de lecture passé, de reprendre son travail dans un état d’esprit plus serein, plus posé et concentré. Le climat scolaire  et la concentration sont ainsi améliorés. Sans compter, un enrichissement  inestimable de la maîtrise du vocabulaire et de la langue française.
     
  • Les effets constatés (à partir des retours d'expériences récoltés via le questionnaire et  la fiche expérithèque de l'Académie de Paris) :

Sur les acquis des élèves :

Autonomie et concentration sont entrainées quotidiennement,
Entrainement à justifier ses choix de lecture: vocabulaire spécifique et compétences d'argumentation, expression des sentiments,
Respect des règles collectives qui prennent sens (celle du silence notamment) et du respect de l'autre,
Élargissement des représentations du lecteur  et des usages de la lecture
Constitution de références par mise en réseau des ouvrages lus

Sur les pratiques des enseignants :

La lecture envisagée comme un acte culturel, de plaisir, et pas seulement outil pour les autres disciplines ou questionnaire de lecture à court terme
Souci des continuités: Parcours artistiques, lien cycle trois, projet d'école
Co-éducation en partenariat
Relation enseignants-enseignés revisitée

Sur les relations professionnelles :

Partage de la mise en place d'une action culturelle dont chacun est garant
Modification des représentations traditionnelles des différents professionnels de l'établissement
Satisfaction de réussir une action qui déclenche l'enthousiasme

Sur l'établissement :

Renforcement du sentiment d'appartenance à une communauté
Apaisement de certaines tensions liées à la longue journée sans pause ou sans sas, ni pour les adultes ni pour les élèves notamment les plus fragiles,  qui sur-réagissent .
Silence apprécié dans un monde généralement bruyant

 

"Silence, on lit" : mise en place du dispositif

 

 

Synthèse de l'enquête sur la mise en œuvre du dispositif dans l’académie

 

 

Cette enquête auprès des professeurs documentalistes de l'académie a permis de collecter 25 exemples de pratiques, toutes différentes.

La moitié des établissement a mis en place le dispositif bien avant la rentrée 2018, l’autre moitié en septembre-octobre 2018. 

La fréquence des créneaux de lecture est très différentes selon les établissements : 1 jour par semaine, 2 jours par semaine, tous les jours ; certains établissements changent de jour pour ne pas impacter toujours les mêmes cours et font un planning au mois.

Plusieurs établissements ont choisi de ne proposer ce dispositif qu’aux 6è ou aux 6è-5è.

Les horaires sont variables mais le 13h-14h est privilégié, quelques initiatives se mènent également sur la récréation de l'après-midi.

 

L’organisation de la mise à disposition des livres se fait bien souvent à partir de caisses de livres qui sont mises à disposition dans les classes, les salles d’études et le foyer mais plusieurs collègues précisent que ce n’est pas un système cohérent avec les objectifs (notamment sur l’envie de lire un livre relativement long et de manière suivie ou sur l'envie de faire sortir les livres des murs du collège). Les prêts anticipés ainsi que l’apport d’un livre personnel par les élèves semblent donc à favoriser. Les contraintes logistiques doivent être discutées collectivement et très cadrées (protocole de prêt, communication régulière auprès des élèves, etc).

 

En général le dispositif semble susciter beaucoup d’enthousiasme et une adhésion assez large, tant du point de vue des élèves que des adultes même si certains adultes ne jouent pas le jeu. Une collègue signale néanmoins que dans son établissement les bavardages rendent le moment parfois désagréable car vécu par les enseignants comme un moment de discipline supplémentaire, la bonne organisation et l’encadrement sont primordiaux. La quasi-totalité des répondants note un impact très positif sur le climat de l’établissement et la concentration des élèves, l’augmentation des prêts au CDI est également très importante.

 

Plusieurs collègues ont enrichi ce dispositif par des opérations spéciales qui font vivre le dispositif : lecture à voix haute par des adultes ou des élèves, par les bibliothécaires de la médiathèque, partenariat avec des libraires, créneaux de prêts avec conseils spécifiques, campagnes d’affichage incitative, etc. ou une réflexion sur l’espace (aménagement de lieux de détente, coin tapis, poufs, freegolivres ou cabanes à livres, etc.)

 

Exemple de courrier à adresser aux parents pour présenter le dispositif

Courrier d'information aux parents

 

Témoignages complets de l'expérience mise en œuvre dans deux collèges de l'académie

Partager