Des élèves médiateurs : les « évènements du midi » (TraAM 2016-2017)

Par Marion Carbillet

Depuis deux ans, j’ai mis en place au CDI des temps de spectacle (théâtre, danse…) ou d’ateliers participatifs (jeux, loisirs créatifs). Ces « évènements du midi » ont beaucoup de succès et sont devenus un élément important de la vie au CDI.

L’idée de mettre en place des temps différents m’est venue suite à la lecture de l’article de Florence Delclos et Christine Denel publié dans Savoirs CDI en avril 2015.

A la lecture de leur expérience qui relatait la mise en place d’un « espace performance » au sein du CDI du lycée,  j’avais été séduite notamment par :

  • le fait de valoriser les talents des élèves, et pas forcément des élèves les plus à l’aise scolairement
  • le fait d’essayer de faire se mélanger des groupes d’élèves différents qui n’avaient pas l’habitude de se côtoyer
  • l’évolution du lieu CDI en « troisième lieu », lieu où la qualité des relations entre les usagers compte autant que l’accès aux ressources.

J’ai donc décidé de tenter l’expérience et j’ai proposé à l’ensemble de mes collègues la création de ce temps, entre 13h et 14h pour qu’il se passe « autre chose » au CDI. Ils n’ont pas tout de suite compris l’idée. J’ai dû rapidement changer l’appellation « espace performance » qui ne leur plaisait pas. Ils m’ont aussi demandé pourquoi proposer de la danse ou du théâtre au CDI alors que nous avions une salle polyvalente dédiée à ces activités. J’ai expliqué l’esprit du projet, mon envie de voir des évènements se passer à l’intérieur du CDI et la non obligation d’être sur des productions parfaites. Selon moi, l’important était l’intention du partage, non la qualité de la production finale.

J’ai proposé un « mode d’emploi » pour ce que j’ai appelé « les évènements du midi au CDI » :

  • les interventions sont ouvertes à tous, adultes ou élèves de l’établissement ainsi qu’à des intervenants extérieurs
  • les interventions doivent être gratuites
  • les interventions peuvent être de deux sortes : des spectacles ou des ateliers participatifs

De mon coté, je gère :

  • le calendrier
  • les inscriptions des spectateurs
  • la communication sur l’évènement si c’est un collègue qui n’en a pas le temps. S’il s’agit d’un élève je lui laisse faire les affiches.

Voilà deux ans que je mène ce projet dans mon collège et qu’il évolue au fil des mois.

Une fois l’explication posée et la communication faite sur le projet, les choses ont démarré très vite. Les collègues ont investi le dispositif. Spectacle de magie par les élèves germanistes, fêtes de morts mexicaine et loto de la nouvelle année par les collègues d’espagnol, spectacle de la chorale du collège, spectacle de danse des élèves du lycée et quelques ateliers créatifs se sont succédés…

Ce projet, en deux ans, a modifié en profondeur l’esprit du lieu. Je vais essayer de dresser ici la liste des changements opérés :

le CDI lieu riche et festif

Avec les spectacles, chant ou théâtre, le CDI est devenu un lieu identifié comme joyeux, festif. Le rôle de lieu clame et d’étude n’est pas remis en cause, mais en parallèle s’est installé dans l’esprit de tous que c’était aussi un lieu festif. Certains adultes fréquentent désormais le lieu alors qu’ils n’y venaient pas, proposent des activités. De nouveaux partenariats pédagogiques se sont noués à partir de certains évènements.

Le CDI a une autre aura dans l’établissement, son ouverture à l’univers culturel s’est marquée de façon plus visible. Plus encore le CDI est devenu un lieu de possibles, lieu où l’on peut proposer une idée, une envie, un partage de passion. Récemment j’ai laissé un livre de stickers aux élèves ; une groupe d’élève a réalisé une affiche disant : « Le CDI permet de voir plus loin »

Une communauté a pris conscience d’exister

 C’est une communauté qui dépasse le clivage adultes / élèves : assis à côté les uns des autres, ils apprécient sur ses temps bien délimités de partager une posture commune. Parfois les élèves invitent explicitement leurs enseignants, les surveillants, l’infirmière ou les chefs d’établissement  à venir les voir. Les participants, acteurs, animateurs et spectateurs participent à la mise en place ou au moins le rangement de l’espace scène à la fin des spectacles. Les élèves sont devenus très autonomes sur le rangement du mobilier.

Car au CDI désormais tout bouge. J’ai fait l’acquisition de mobilier mobile : tables qui se plient et roulent, poufs très légers, coussins de sol. Ce mobilier renforce encore l’autonomie des élèves pour la mise en place de l’espace scène ( qui est physiquement au cœur du CDI en fonctionnement « normal »)

Cette communauté partage des émotions : les spectacles nous ont fait rire, nous avons parfois eu la larme à l’œil et dans tous les cas beaucoup d’excitation, de plaisir, et pour nous les adultes, de fierté.  Ces émotions s’inscrivent dans le lieu et sont encore dans nos mémoires quand les élèves viennent en étude ou dans le cadre d’un cours.

Cette communauté, évolutive en fonction des évènements, a aussi une histoire : elle s’écrit sur l’ENT, sur les murs par le bais de photographies agrandies et plastifiées, sur la tablette avec les photographies. Une histoire ouverte à tous.

Les élèves ont appris le partage en l’expérimentant de façon concrète. Or n’est-ce pas un préalable nécessaire aux questions de partage que l’on étudie en EMI ? D’ailleurs le prolongement numérique est toujours possible avec la question du droit à l’image si on prend des photos. Je sollicite aussi les élèves qui ont mené des ateliers pour créer des fiches procédure imprimables qui resteront au CDI et sur l’ENT (avec choix de la licence de réutilisation). L’idée est que d’autres élèves puissent réaliser l’activité seuls lors d’une heure d’étude ou proposer eux-mêmes cet atelier.

Enfin, a sein de cette communauté, les règles se discutent. Les  élèves s’autorisent à bouger le mobilier même pendant les heures d’étude s’ils en ont besoin. Récemment des élèves ont demandé  (aux autres élèves et non à moi !) le droit de pousser les tables et de mettre de la musique pour réviser leur chorégraphie de danse. Elles ont pu le faire jusqu’à ce qu’un élève demande à nouveau le silence pour réviser sa leçon.

Un lieu de créativité et d'initiative

Certains élèves se sont révélés et ont gagné en autonomie. Des élèves par ailleurs discrets sont venus proposer un atelier : décoration de Noël, fabrication de minions, origamis, animaux en fil chenille, scrapbooking, etc.  Après avoir fixé avec moi la date, réalisé des affiches et fixé une liste de matériel à récupérer ou à acheter, ces élèves ont dû gérer des groupes, parfois jusqu’à 20 élèves : guider l’activité et être attentif à la limitation de temps (50 minutes environs) comprenant installation des tables, préparation, nettoyage et rangement du matériel. Une élève de troisième a, à deux reprises, animé seule un atelier d’improvisation théâtrale pour des élèves de 6e et de 5e qui a eu un grand succès.

Le CDI stimule la créativité et d’initiative. Un groupe d’élèves a inventé sur place, puis répété une pièce de théâtre lors de nombreux « midis ». Ils m’ont demandé de relire et corriger leur texte et, à quelques reprises, de les regarder jouer. Ils ont présenté leur pièce qui a été très appréciée et qu’ils ont eu l’occasion de refaire à plusieurs reprises. Nous l’avons finalement filmée, un journaliste est venu les interviewer à propos de ce projet, puis la pièce s’est exportée : dans la salle polyvalente puis dans d’autres établissements lors de manifestations inter-établissements. Rien de tout ceci n’était préalablement prévu, mais a pu voir le jour grâce à la transformation de vision de ces élèves sur le lieu.

Le CDI lieu d’intégration 

Un élève de 6e que je voyais pour la première fois en septembre m’a accostée en me demandant s’il pourrait faire un atelier ; par les camarades, par les visites du collège, il avait retenu le système de proposition et avait projeté son animation.

Le CDI lieu d’inclusion

Le projet des « évènements du midi » a tout de suite été un succès. Mais il m’est vite apparu que les élèves qui proposaient des évènements en autonomie étaient des élèves déjà assez à l’aise. J’ai donc décidé cette année d’imposer le projet à deux classes de 6e : seuls ou en groupe les élèves devaient mettre en place un évènement. Cela m’a demandé plus de temps car les élèves avaient un grand besoin d’étayage pour réfléchir à leurs passions ou leurs talents, inventer une activité, préparer des affiches… Mais j’ai réussi à toucher des élèves moins à l’aise scolairement qui se sont révélés passionnés par leurs projets. Je réfléchis, suite à cette expérimentation, à la possibilité de proposer ce projet à toutes les classes de 6eme l’année prochaine. Il me semble en effet que si les bibliothèques troisième lieu peuvent se heurter parfois à la difficulté de l’entre-soi, nous avons en collège l’occasion de toucher tous les élèves, de leur permettre d’exercer leur pouvoir d’agir, de gagner en confiance en eux et d’expérimenter le partage. S’il y a bien un lieu où l’ont peut apprendre la participation, n’est-pas l’Ecole ?

Conclusion

Avec les « évènements du midi » j’ai réalisé, en l’expérimentant, que le CDI pouvait être un lieu où la culture se vivait, où les connaissances se partageaient dans des situations individuelles ou collectives chargées d’émotions. Favoriser ces émotions, favoriser les relations interpersonnelles, montrer les bienfaits du partage, favoriser le développement de l’estime de soi, reconnaître les goûts et les passions individuelles me semble aujourd’hui une voie  fertile pour faire en sorte que ce que nos élèves apprennent à l’école fasse sens dans une vision plus globale d’expérience citoyenne et de développement personnel.

Étiquettes : Médiation TraAM Coopération

Partager