CAFFA

LE CERTIFICAT D'APTITUDE AUX FONCTIONS DE FORMATEUR ACADEMIQUE

La loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République réforme en profondeur la formation aux métiers du professorat et de l'éducation. La création d'un certificat d'aptitude aux fonctions de formateur académique dans le second degré a pour objectif de développer les compétences des formateurs en académie tout en contribuant au rapprochement des cultures professionnelles des formateurs des premiers et second degré.

Le CAFFA vise à inscrire le candidat dans un cursus accompagné lui permettant en deux ans une appropriation progressive des enjeux et des compétences liées aux fonctions de formateur, en le préparant, en exercice, aux attendus de l'examen.

Au cours de la première année, le candidat se déclare et prépare l'épreuve d'admissibilité. Au cours de la seconde année, il se constitue une expertise et se prépare aux épreuves d'admission en s'inscrivant aux différents modules prévus dans le cadre du plan académique de formation.

Votre interlocuteur privilégié pour le déroulement des épreuves du CAFFA est la Division des Examens et Concours du rectorat (DEC). Pour plus d'informations sur les modalités d'inscriptions et le calendrier des épreuves, consultez la page du site académique .

 

Nature des épreuves

Le CAFFA comprend une épreuve d'admissibilité et deux épreuves d'admission.

 

L'épreuve d'admissibilité

Cette épreuve se fonde sur un entretien avec le jury, lequel s'appuie sur un dossier fourni par le candidat, comprenant un rapport d'activité et les rapports d'évaluation (administrative et pédagogique). Le rapport d'activité consiste en la présentation par le candidat de son itinéraire professionnel, lequel s'attache à présenter une expérience professionnelle significative, notamment dans le champ de l'accompagnement et de la formation. 

L'examen du rapport et l'entretien avec le jury ont pour objet d'apprécier la motivation du candidat à devenir formateur, son expertise professionnelle, sa réflexion didactique, pédagogique et éducative, sa capacité à communiquer avec d'autres professionnels de l'enseignement et de la formation. Il vise à évaluer la capacité d'analyse du candidat sur ses propres pratiques. Il permet également d'apprécier son investissement dans le projet d'établissement ainsi que sa connaissance de l'environnement social et culturel de celui-ci.

 

Les épreuves d'admission reposent sur deux épreuves  : un mémoire professionnel et sa soutenance et une épreuve de pratique professionnelle suivie d'un entretien.

Pour l' épreuve de pratiques deux types d'épreuves sont proposées au choix du candidat :

a- L'analyse de pratiques

L'épreuve comprend la conduite d'un entretien de formation après observation d'une séance de pratique professionnelle dans le cadre du tutorat et un entretien entre le candidat et les deux examinateurs qualifiés.

Cette première phase de l'épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à :

- mener un dialogue professionnel constructif en prenant appui sur les points forts et les marges de progrès du stagiaire, de l'étudiant, du professeur débutant ou du CPE débutant ;

- ordonner et hiérarchiser ses remarques ;

- formuler des conseils pertinents et opérationnels au regard de la situation observée et s'assurer de leur compréhension ;

- proposer des pistes de réflexion et des prolongements possibles.

2e phase : entretien avec les deux examinateurs qualifiés

L'entretien vise à évaluer la capacité du candidat à présenter une analyse distanciée de son entretien avec le stagiaire, l'étudiant, le professeur ou le CPE débutant, à justifier les choix opérés, à entendre et intégrer les remarques des examinateurs.

b- L'animation d'une action de formation

L'épreuve comprend l'animation d'une action de formation professionnelle auprès d'un groupe, sur un sujet convenu au préalable entre le candidat et l'inspecteur compétent membre du jury, en concertation avec le chef d'établissement et un entretien avec les deux examinateurs qualifiés.

1re phase : animation d'une action de formation professionnelle, pédagogique ou éducative - disciplinaire, interdisciplinaire, inter-cycles, inter-degrés -à l'échelle d'un établissement, d'un district ou d'un bassin d'éducation et de formation.

2e phase : entretien avec les examinateurs visant à évaluer la capacité du candidat à concevoir, organiser et animer une action ancrée dans une problématique professionnelle et, pour ce faire, à :

- inscrire celle-ci dans le cadre des situations professionnelles et attendus institutionnels liés au contexte d'exercice ;

- proposer des outils, des démarches et des supports didactiques et pédagogiques de qualité et utiles ;

- mettre en œuvre les techniques d'animation propices à une réception efficace ;

- animer, réguler et recentrer les échanges en permettant la circulation de la parole de manière à faire avancer le traitement de la problématique travaillée ;

Epreuve de Mémoire professionnel

Le mémoire professionnel, de 20 à 30 pages hors annexes, est un travail personnel de réflexion portant sur une problématique professionnelle d'accompagnement ou de formation. Il consiste en une étude de situation centrée sur une question professionnelle articulant savoirs et expériences. Il implique un engagement personnel du candidat pour réfléchir à sa pratique et l'améliorer. Destiné à renseigner le jury sur les capacités du candidat à observer, s'informer, analyser sa pratique pour la faire progresser et communiquer par écrit, le mémoire constitue également un élément essentiel de la formation du candidat et de son développement professionnel.

Il vise à évaluer sa capacité à :

- établir une problématique fondée sur un questionnement professionnel en relation avec une situation d'accompagnement ou de formation ;

- formuler des objectifs spécifiques pour traiter un problème et élaborer des hypothèses opérationnelles ;

- mettre en œuvre une démarche d'expérimentation s'appuyant sur une méthodologie rigoureuse, outillée par la recherche (observation, questionnaire, outils d'analyse, indicateurs pertinents) ;

- proposer une stratégie d'action d'accompagnement ou de formation ;

- faire état par écrit de la réflexion conduite.

La soutenance : le candidat présente son mémoire professionnel (15 minutes) puis échange avec le jury (30 minutes). Le jury apprécie la capacité du candidat à :

- se confronter à un problème, le constituer en objet d'étude et mettre en œuvre un dispositif expérimental bénéfique à l'amélioration des pratiques ;

- analyser sa pratique dans une confrontation d'expériences avec des pairs et d'autres professionnels ;

- discuter du fondement des hypothèses retenues ;

- relater la mise en œuvre d'un dispositif d'action, analyser ses difficultés, ses réussites et les évolutions professionnelles induites, envisager des prolongements.

Un parcours de formation hybride pour accompagner la préparation des candidats

Dans le cadre de la préparation au CAFFA, les candidats sont invités à suivre un cursus permettant, en deux ans, une appropriation progressive des enjeux et des compétences liées aux fonctions de formateur, en les préparant, en exercice, aux attendus de l'examen. La formation a pour objectif d'accompagner les candidats dans leur préparation à l'épreuve d'admissibilité et aux épreuves d'admission. Cette formation et ses contenus sont le fruit de la collaboration entre le rectorat (via les corps d'inspection et la DAFPEN), et le service de formation continue de l'INSPE. Cette formation repose sur un parcours de formation Hybride qui comporte des phases à distance via M@gistère et le Moodle de L’INSPE ainsi que des présentiels à l’INSPE de Toulouse sur les deux années de préparation.

Pour toute question relative à la formation contactez le secrétariat pédagogique INSPE : Malika Saadna 05.62.25.20.70 ou le chargé d'ingénierie de formation en charge du dossier CAFFA à la DAFPEN, Philippe Menvielle, 05.36.25.70.24

Consultez le plan_de_formation_admissions_2020.pdf